Déjà plus de 40.000 abonnés

  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

Portrait 

Philippe Dupayage

IMG_4948.jpg

Pour exprimer la douleur, j’ai commencé par peindre la machinerie humaine.

Très vite, la matière kinesthésique est apparue et la peau des objets s’est imposée.

Les griffes, les reliefs ont pris possession de mes toiles.

Pour renforcer l’aspect vivant, il me restait à abandonner petit à petit le plastique commercial pour des matières plus naturelles.

Sont alors apparus les pigments que j’a fini par fabriquer moi-même en collectant des terres de couleur.

Puis vint la réflexion sur le support qui s’est diversifié en passant par le bois et les tablettes d’argile.

Alors, mes œuvres se sont mises à crier !

 

Dans mon travail, la matière devient immatérielle.

Elle est un concept créatif. Il s’agit de dépasser l’art et d’accepter la sensibilité pure.

 

Je suis un passeur d’histoires, un cueilleur d’incertitudes, un pêcheur de peut-être.

Ni tout à fait parole, ni tout à fait silence.

Je fabrique seulement des images.

Cette sérénité, j’ai hâte de la partager avec vous.

GALAXIE.jpg
ARMURE.jpg

Format 40x40 cm

Format 60x60 cm

ARC EN CIEL.jpg

Format 60x60 cm

Philippe Dupayage est né en 1959 à Vimy (Pas-de-Calais, France)

Repéré par Robert Doisneau dans les années 80, il mènera une double carrière de photographe et de réalisateur.

« J’ai conservé de mes deux grands-pères mineurs le goût du travail bien fait, et de la texture du charbon, un goût pour le noir profond »

Sa sensibilité s’exprimera sur d’autres supports quand, le jour de ses 60 ans, il apprendra qu’il est atteint d’un cancer. Dès lors, sa peinture deviendra l’expression de sa douleur.

« Peindre, c’est abandonner le corps qui souffre au profit de l’esprit qui seul a décidé de résister ».

Désormais, son travail de plasticien s’inscrit dans une réalité qui est celle de la matière.

Contact : douzefrance@gmail.com

Exposition à Coursan du 14 février au 6 mars 2023

Don possible par carte de paiement ou paypal 

Merci !!!